Mercredi 20 Septembre 2017, 23:43
Vous souhaitez profiter des avantages de la carte CGPME, contactez nous au 40 42 63 33.

Guides de l'entrepreneur

 
 

La société par actions simplifiée

Une société par actions simplifiée (SAS) peut être instituée par une ou plusieurs personnes qui ne supportent les pertes qu’à concurrence de leur apport.
 

LA SAS EST UNE SOCIÉTÉ ACCESSIBLE À TOUS


La SAS est aujourd'hui une société quasiment ouverte à tous. 
- la SAS est une société commerciale dont le capital est divisé en actions.
- la SAS ne peut être constituée par des apports en industrie (savoir-faire, connaissances techniques, etc.), mais seulement par des apports en numéraire (sommes d'argent) ou en nature (biens autres que des sommes d'argent : biens immobiliers, fonds de commerce, brevets, etc.) ;
- la SAS est complètement assimilée à une société anonyme en matière de fiscalité, elle est donc obligatoirement soumise à l'impôt sur les sociétés ;
- il est possible dans les SAS de développer un actionnariat salarié, notamment par voie de plans de stock-options ;
- la SAS est obligatoirement dotée d'un commissaire aux comptes ;
- la SAS peut émettre toutes sortes de valeurs mobilières (par exemple des obligations).


Important : toutefois, contrairement aux sociétés anonymes, une SAS ne peut jamais être cotée en Bourse.


LA SAS EST DOTÉE D'UNE GRANDE LIBERTÉ DE FONCTIONNEMENT

En comparaison avec les sociétés traditionnelles {sociétés anonymes, SARL...), la SAS se caractérise principalement par la grande liberté d'organisation de sa direction et de son fonctionnement {modalités de consultation des associés notamment).
Les modalités de fonctionnement de la SAS sont en effet pour l'essentiel librement déterminées par les différentes clauses des statuts.

Important : certaines règles impératives s'imposent toutefois. Parmi celles-ci :
- l'obligation de nommer un président, chargé de représenter et de diriger la société ;
- l'obligation de désigner un commissaire aux comptes, chargé de contrôler la gestion de la société.


 

LA SAS PEUT CONTRÔLER SON ACTIONNARIAT

La SAS peut contrôler l'évolution de son actionnariat aux moyens de diverses clauses insérées dans les statuts.
Les clauses d'inaliénabilité temporaires empêchent les associés de céder leurs titres pour une période qui ne peut excéder 10 ans.

Les clauses d'agrément obligent à soumettre les cessions d'actions à une autorisation préalable des associés ou d'un organe dirigeant.

Les clauses de préemption permettent de réserver à une catégorie déterminée d'associés, ou à tous les associés, la possibilité d'acheter par priorité tous les titres dont la cession est envisagée.
Les clauses d'exclusion permettent d'exclure un associé de la société. Concrètement, l'exclusion se traduit par le rachat forcé des titres de l'associé exclu. Aussi, les statuts doivent préciser à la fois les motifs d'exclusion, la procédure d'exclusion et les modalités de rachat des titres de l’associé exclu.

En pratique : par le jeu de ces clauses statutaires spécifiques, la SAS peut être une structure adaptée pour les entreprises familiales, car elle permet d'éviter que, par des cessions dissidentes, le patrimoine familial ne s'éparpille entre des mains «étrangères».

À ce titre, d'ailleurs, la liberté d'organisation qui caractérise la SAS permet également au chef d'entreprise de conserver la direction de la société, tout en transmettant une partie importante du capital à ses héritiers. La SAS apparaît donc comme un intéressant outil de transmission d'entreprise.


LA SAS PEUT ÊTRE UNIPERSONNELLE

Non seulement la SAS est ouverte à tous, mais elle peut également ne comporter qu'un seul et unique associé, comme l'EURL.

La SAS constitue ainsi une opportunité pour ceux qui souhaitent créer une société «en solo».
À savoir : la SASU (SAS unipersonnelle) reste une SAS. Il ne s'agit pas d'un type de société différent. La SASU peut d'ailleurs à tout moment devenir pluripersonnelle, par la simple entrée dans le capital d'un associé supplémentaire.

Inconvénients

- La SAS ne peut pas faire appel public à l’épargne
- Capital minimum élevé
- Grande liberté laissée dans la rédaction des statuts : l’aide d’un avocat est recommandée
- Formalités de constitution lourdes
- Intervention d’un commissaire aux comptes pour attester la bonne gestion.
Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises
Tél : 40.42.63.33 - Fax : 40.83.56.08 - BP 1733 – 98713 Papeete Tahiti - courrier@cgpme.pf
Réalisé par #PROX-I 2017-2018